Sharewizz, créateur de liens entre voisins

portrait Benoit Renoul

« De mon point de vue, l’économie du partage (basée sur une logique d’ouverture de l’accès) est souvent confondue -à tort- avec l’économie collaborative (basée sur une logique de rentabilisation tant pour l’offreur que pour le demandeur).Pour voir ce qui les sépare, il suffit d’observer la différence entre Couchsurfing (une communauté au sein de laquelle les gens s’entraident) et Airbnb (une plateforme où chaque peut réserver un B&B auprès de particuliers, et paient pour cela). Ces modèles font actuellement face à 2 problématiques différentes : dans le 1er cas, le challenge est de trouver un modèle économique permettant l’ entraide non-marchande tout en assurant la viabilité du service , alors que dans le 2nd car le problème est avant tout juridique/fiscal pour encadrer l’explosion des monopoles traditionnels (ex : taxis, hébergement, restauration, enseignement, travail, …) et pour que restent assurées la qualité de service et la sécurité du client (car il s’agit bien là de clients). Néanmoins le point commun de toutes ces initiatives reste néanmoins l’horizontalité des échanges, qui n’a jamais été aussi forte depuis des siècles et qui a émergé avec Internet (notamment des échanges entre inconnus, d’où le défi majeur de la confiance P2P). » Benoit Renoul – Fondateur Sharewizz

Plate-forme de prêt d’objets entre voisins, Sharewizz s’attaque à la création de liens entre voisins et communautés de quartier…

Genèse du projet Sharewizz

Le projet est né d’un besoin de matériel d’Alpinisme (matériel très cher pour un usage ponctuel) en Août 2011 :

Benoit met un poste sur Facebook et retrouve un ancien camarade d ‘école passionné d’Alpinisme qui lui prête tout son équipement.

 Il lui fait faire des économies et lui donne des conseils .

Démarre rapidement une étude de marché pour sonder ce positionnement d’échanges bénéfiques entre amis et voisins  :  aucun site ne répond à ce besoin d’entraide entre particuliers .

Il tente l’aventure avec l’envie de créer une plateforme  qui crée  du lien et de la confiance entre voisins, amis, collègues.

Le service

C’est un site d’entraide entre voisins où chacun est à la fois bénéficiaire et contributeur du système.

Sources d’inspiration : Couchsurfing/ Leboncoin
Une réponse au problème de l’accès aux  objets pour des besoins ponctuels, occasionnels ou temporaires .
Ce site répond aux piliers du développement durable avec une plus-value économique, social et environnemental : Les membres y gagnent évidemment en pouvoir d’achat mais pas seulement, les objets prêtés sont enrichis de vécu de leur propriétaire ce qui crée des liens affinitaires autour de problématiques communes, sans compter le bonus écologique intrinsèque à cette pratique qui lutte contre la surconsommation de notre société.

Enfin, il faut aussi souligner le plaisir des prêteurs de rendre service, sachant que chaque membre doit mettre en partage au moins un objet pour accéder au prêt de la plate-forme donc tous les membres sont bénéficiaires et contributeurs.

Comment se sont inscrits les 500 premier membres ?

Grâce à une campagne d’événements très localisés dans le 17eme arrondissement de Paris avec tracts, flyers à sortie des métros et dans la rue..

des rencontres avec les associations, les équipes municipales

L’ Objectif  était d’avoir une densité géographique suffisante sur le 17e pour rendre le service fonctionnel sur un petit territoire, pour valider le modèle.

Aujourd’hui , nous comptons plusieurs centaines de  Wizers dans le 17e.

Quelques chiffres  au 12 octobre

2 950 membres, 3 300 objets partagés , 20-25 prêts par semaine

Un CA encore nul pour le moment, une levée de fond en mode « love money » a permis de financer les dépenses de lancement (frais juridiques, indemnités de stage, prestations extérieures, location de serveurs, …)

 Modèle économique : le modèle envisagé est un modèle Freemium, comme le bon coin (des services optionnels payants sont en cours de préparation autour d’une confiance plus forte)Volonté de tisser des partenariats  avec les mairies (le statut d’entreprise et non d’association freine parfois).

Valeurs

Accessibilité, Entraide ( chacun est contributeur), Entrepreneuriat, Développement durable.

 

2 commentaires

Laissez un commentaire

Error! This email is not valid.